OU LE SILENCE SE FAIT ?

Publié le par gilles MALATRAY

POUR L'ECOUTE D'UN SILENCE HABITE

Ici,
pas question de redéfinir le silence.
Pour chacun
il et ce qu'il est,
et restera ainsi,
Silence !

Par contre,
trois possibles pour l'écouter,
ou pour l'imaginer,
trois approches,
sensorielles,
silencieuses ?

La première,
John Cage nous la suggère.
Observons 4"33 de silence,
habité par l'ambiant auditif.
Expérience à renouveller,
dans différents lieux,
à différentes heures...



 
SILENCE ! CLIQUEZ ECOUTEZ,  LE DECOMPTE EST EN MARCHE
Votre propre interprétation de l'oeuvre.


CLIQUEZ REGARDEZ, L'INTERPRETATION ORCHESTRALE DE 4'33 of noise


CLIQUEZ  APPREHENDEZ LE SILENCE (ET LES SONS) DANS L'UNIVERS DE  JOHN CAGE



La deuxième,

Fernand Léger la propose,
par des images,
un ballet mécanique,
muet
évoquant le rythme,
les sons,
aujourd'hui où le haut-parleur
tend à imposer,
ces images suggérent,
leur  propre bande-son...



CLIQUEZ REGARDEZ, IMAGINEZ LES SONS



La troisième
un artiste sonore,
Stephen Vitiello,
nous présente une façon de sentir le silence,
un silence très habité...`
par les sons...

CLIQUEZ  pour sentir le silence















Publié dans sonoriscausa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article